Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Férue de littérature policière, mes goûts sont très éclectiques : romans noirs, romans à suspense, thrillers, thrillers psychologiques ou polars. Face à la profusion d'ouvrages de littérature policière, il est parfois bien difficile de faire son choix. Je vous donne donc mon avis quant à mes lectures.

14 Oct

"African Tabloïd" Janis Otsiémi

Publié par Les Polars de Marine

Gabon. Libreville.

 

Première affaire : quartier du Plateau (près du Palais de la Présidence de la République). Un homme est retrouvé mort une balle dans la gorge et les deux doigts de la main gauche manquants. Cet homme n’était autre que Robert Missang, journaliste d’investigation qui enquêtait sur des sujets délicats, loin de plaire à tout le monde et surtout au régime en place.

- Laissez passer ! Je suis de la gendarmerie.
Au mot gendarmerie, la foule se fendilla en deux comme les eaux de la mer Rouge devant Moïse. Boukinda dévala un talus. Il sauta sur un rocher pour rejoindre la plage et manqua de se tordre une cheville.
Une dizaine de personnes se tenait debout à la ronde. Il les écarta. C’est là qu’il vit les pieds d’un corps dont le buste et la tête étaient dissimulés par une bille d’okoumé. Il se retourna, plongea la main dans la poche de son pantalon, sortit son portable et composa un numéro qu’il connaissait de mémoire. C’était celui d’Hervé Envame. Il eut son co-équipier à la première sonnerie.

A une année des élections présidentielles, cet assassinat est ressenti de toute évidence comme un assassinat politique.

- Ce type n’était pas un citoyen comme vous et moi, dit Kouma. Il était journaliste dans un journal qui ne portait pas le président de la République et son gouvernement dans son cœur. Vers qui les yeux vont-ils se tourner pour expliquer sa mort ?
- Le bord de mer, répondit Boukinda.
- Et où on a retrouvé son corps ?
- Sur le bord de mer.
- C’est une coïncidence pour vous ? Vous connaissez un assassin qui irait jeter un corps sur le front de mer à la nuit tombée alors que le quartier est quadrillé par les gardes républicains ? Qui a tué ce journaliste et qui avait intérêt à ce qu’on découvre son corps non loin de la présidence de la République ? Vous comprenez, mes enfants, nous avons là une affaire assez délicate. Le procureur de la République fera une déclaration au journal de 13h00 sur la première chaîne de télévision. Il va ouvrir une enquête pour assassinat. Il va se servir de votre rapport d’enquête préliminaire. Lâchez toutes les affaires sur lesquelles vous travaillez en ce moment. Cette enquête devient votre priorité. Je vous veux dessus 24 heures sur 24.

 

Deuxième affaire : délit de fuite pour un chauffard qui renverse mortellement une femme et son bébé.

 

Troisième affaire : deux jeunes filles se suicident après la diffusion de vidéos sur internet les compromettant.

 

Différentes enquêtes qui seront confiées, d’une part, au Colonel Lambert Essono et au capitaine Pierre Koumba de la PJ ; d’autre part, à Louis Boukinda et Hervé Envame, officiers de gendarmerie.

 

 

« African Tabloïd » est un roman dont il ne faut pas aborder la lecture que pour l’intrigue, au risque d’être déçu.  En effet, ces trois affaires dont s’occupe la police de Libreville peuvent paraître, de prime abord, décousues et la narration est assez lente. Il faudra attendre les derniers chapitres pour que les intrigues s’entrecroisent.

Mais il faut voir en ce roman une mine d’informations sur le Gabon et plus particulièrement sur Libreville, cité cosmopolite où se côtoient toutes les ethnies. L'auteur nous livre une immersion totale dans un pays qui est loin de n'être qu'un décor de carte postale.

Un pays où règnent, dans les coulisses du pouvoir la corruption, entre autres ; la misère sociale, l’insécurité,...

Un pays où la liberté de la presse progresse mais est bien loin d’être totale.

Un pays où l’eau potable et l’électricité sont une véritable richesse et un luxe dont tous les habitants n'ont pas la chance de disposer.

Un pays où il faut travailler « avec les moyens du bord » et où les enquêtes sont une tâche bien difficile : peu d’informatique, des machines à écrire qui auraient bien besoin d'être renouvelées,…

Un pays où l’on ne râle pas, mais où l’on « rouscaille », où l’on n’a pas mauvais caractère, mais « la bouche en feu », où l’on ne répète pas mais on « rebelote », où les gardiens de nuit sont des « watchs », où l’on ne se calme pas mais on « baisse le cœur » (belle expression soit dit en passant), où vous n’aurez pas un guide mais un « boussolier »,… 

 

"African Tabloïd" Janis Otsiémi"African Tabloïd" Janis Otsiémi"African Tabloïd" Janis Otsiémi
"African Tabloïd" Janis Otsiémi"African Tabloïd" Janis Otsiémi"African Tabloïd" Janis Otsiémi
"African Tabloïd" Janis Otsiémi"African Tabloïd" Janis Otsiémi"African Tabloïd" Janis Otsiémi

 

L’écriture, quant à elle, est directe et tranchée et ne s’encombre pas de mots inutiles. Efficace, mais avec un style qui peut surprendre, certaines expressions étant particulières. Ceci étant, c'est ce même style qui contribue à l'originalité de ce récit.

 

En conclusion, « African Tabloïd » est un roman noir. Assez particulier et étonnant mais dont je recommande la lecture. Ne serait-ce que pour son enseignement et pour découvrir cet auteur qui signe son cinquième roman.

 

 

Pour en savoir plus sur l’auteur : 

Janis Otsiemi un auteur de polars Gabonais

 

Ou sur le roman en lui-même :

Livresque du Noir

 

 

 

206 pages

16,80 €

Editions Jigal

"African Tabloïd" Janis Otsiémi"African Tabloïd" Janis Otsiémi
Commenter cet article
Y
pas lu celui-ci mais un autre de l'auteur qui m'a emballé
Répondre
C
Pourquoi je n'arrive pas à entrer dans le monde de cet auteur?
Mais 2 autres collègues qui l'ont lu, n'ont pas adhéré aussi.
C'est le 3e que je lis et je n'y trouve pas de plaisir. Ni de l'histoire, ni des mots.
Répondre
M
Chaque ressenti de lecture est différent, c'est principalement ce qui fait la diversité littéraire. Le monde ne serait-il pas bien triste si nous avions tous les mêmes avis et les mêmes goûts ?
Je pense que pour apprécier cet auteur il faut aimer le roman noir.
Et il est vrai que, de surcroît, son style peut ne pas plaire à certains, ce que je comprends tout à fait.
P
Nous sommes d'accord marine. Amitiés
Répondre
G
Nous avons globalement la même vision de ce roman ;-)
Répondre
M
Oui j'avais lu ta chronique et je sais que nos avis se recoupent.

Archives

À propos

Férue de littérature policière, mes goûts sont très éclectiques : romans noirs, romans à suspense, thrillers, thrillers psychologiques ou polars. Face à la profusion d'ouvrages de littérature policière, il est parfois bien difficile de faire son choix. Je vous donne donc mon avis quant à mes lectures.