Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Férue de littérature policière, mes goûts sont très éclectiques : romans noirs, romans à suspense, thrillers, thrillers psychologiques ou polars. Face à la profusion d'ouvrages de littérature policière, il est parfois bien difficile de faire son choix. Je vous donne donc mon avis quant à mes lectures. Vous pouvez me suivre sur mon compte twitter ou sur mon compte gmail : Marine Reigner

31 Aug

"L'hiver des enfants volés" Maurice Gouiran

Publié par Les Polars de Marine

Il y a des rencontres et des souvenirs que le temps ne parvient à effacer. Il y a parfois, avec le recul des années, des regrets. Mais l’amitié est un bien inestimable et même si la vie a séparé leurs chemins, Samia sait qu’elle peut compter sur Clovis.

Samia, Clovis et François se sont rencontrés il y a 30 ans. Samia est une miraculée des massacres de Sabra et Chatila. Elle a vécu l’horreur. Sa famille massacrée devant ses yeux. Elle-même violentée et laissée pour morte, elle a eu la chance inouïe de croiser la route des deux amis journalistes. Depuis, Samia et François ne se sont plus quittés et ont uni leur destin.

Mais François a disparu alors qu’il enquêtait sur une affaire d’enfants volés.

 

Récemment, François s’est mis en tête de rédiger une série d’articles sur des événements qui enflamment une partie de l’Espagne. C’est un de ses correspondants espagnols de jadis qui lui a fourni quelques tuyaux. François les a exploités avant de proposer le reportage à Christian de Baltrange qui s’est montré très intéressé.
Et c’est quoi ces événements qui affolent autant nos amis espagnols ?
Samia prit le temps de la réflexion.
Elle remettait de l’ordre dans ses pensées.
Je crois qu’il faudrait peut-être commencer par le commencement, décida-t-elle enfin. En fait, tout a débuté au printemps 2012, à la suite de l’arrestation d’une religieuse espagnole.
Sœur Maria – Maria Gomez Valbuena de son vrai nom – avait été mise en examen pour vols de bébés. La presse avait largement relaté cette affaire et, si je m’en souvenais, c’est surtout à cause du nom de famille de la religieuse. Pour moi, Valbuena, c’était surtout le patronyme d’un joueur de l’OM, et c’est sans doute pour cela que le nom de l’inculpée avait titillé ma culture marseillo-marseillaise. La religieuse de 87 ans avait tout nié en bloc.
Samia me confia que la relation de ce simple fait divers avait ébranlé François qui avait décidé sur-le-champ d’en savoir plus.
De quoi était-elle exactement accusée ?
De détention illégale de mineurs et de falsification de documents officiels.
J’avais posé la question tout en connaissant la réponse. Les faits étaient trop récents pour que je les aie oubliés. Je savais que le trafic d’enfants initié par le franquisme s’était poursuivi jusque dans les années quatre-vingt-dix. Sœur Maria était suspectée d’être un maillon du gigantesque trafic de nourrissons qui dura un demi-siècle et se poursuivit longtemps après la mort du Caudillo.

C’est donc au nom de cette amitié, mais aussi des sentiments qu'il éprouve à l'égard de Samia et qu'il n'a jamais osé lui déclarer, que Clovis va se mettre à la recherche de son ami de toujours. Une enquête qui le conduira à Marseille et Barcelone où il tentera de retrouver la trace de François parti à la quête d’une vérité douloureuse.

 

« L’hiver des enfants volés » est le second roman que je chronique de cet auteur.

Autant « Franco est mort jeudi » met l’accent sur le contexte historique, autant l’intrigue policière est plus développée dans celui-ci, ce qui ravira les amateurs de romans à suspense. Toutefois, c’est assez rapidement que l’on comprendra le but recherché par François et que l’on devinera le dénouement final. Mais cela n’altère aucunement les qualités essentielles de ce roman qui est plus porteur d’un message et où l’émotion ressentie sera très forte. Maurice Gouiran est un auteur attaché à la transmission du souvenir et qui met en avant certains pans de l’histoire qui ont tendance à tomber dans l’oubli.

Un ouvrage que je recommande vivement

 

 

Editions Jigal

18,50 euros

236 pages

 

"L'hiver des enfants volés" Maurice Gouiran
"L'hiver des enfants volés" Maurice Gouiran
"L'hiver des enfants volés" Maurice Gouiran
"L'hiver des enfants volés" Maurice Gouiran

Le monde doit savoir, lâcha-t-elle, comme pour justifier sa démarche en me servant.
Elle était un peu comme Samia : le monde devait savoir pour éviter que leurs malheurs ne se répètent indéfiniment.
J’étais pour ma part, assez pessimiste à ce sujet : le monde avait su pour la Shoah, le monde avait su pour le massacre des Arméniens, mais le monde avait une sacrée tendance à oublier…

"L'hiver des enfants volés" Maurice Gouiran"L'hiver des enfants volés" Maurice Gouiran
Commenter cet article

Thania 08/12/2015 10:00

Beau roman!j'adore

Marine 31/08/2014 21:23

Tout à fait Vincent. Même si j'ai personnellement préféré 'Franco est mort jeudi' j'aime également l'idée de ces thèmes abordés par l'auteur.

Vincent 31/08/2014 20:13

Également beaucoup aimé ce roman. Maurice Gouiran a le chic pour nous remettre en mémoire des épisodes oubliés de l'histoire...

Archives

À propos

Férue de littérature policière, mes goûts sont très éclectiques : romans noirs, romans à suspense, thrillers, thrillers psychologiques ou polars. Face à la profusion d'ouvrages de littérature policière, il est parfois bien difficile de faire son choix. Je vous donne donc mon avis quant à mes lectures. Vous pouvez me suivre sur mon compte twitter ou sur mon compte gmail : Marine Reigner