Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Férue de littérature policière, mes goûts sont très éclectiques : romans noirs, romans à suspense, thrillers, thrillers psychologiques ou polars. Face à la profusion d'ouvrages de littérature policière, il est parfois bien difficile de faire son choix. Je vous donne donc mon avis quant à mes lectures. Vous pouvez me suivre sur mon compte twitter ou sur mon compte gmail : Marine Reigner

26 Jan

"Les écorchés vifs" (Les Rédempteurs) Olivier Vanderbecq

Publié par Les Polars de Marine

Mai 2013. Un homme, au volant de sa voiture, revient de mission.

Le temps d’une halte dans un restaurant près de Lille, il savoure son repas.

Un plaisir qui ne sera que de courte durée.

En effet,...

Mais voilà le serveur qui m’apporte mon baba au rhum et, que pour la troisième fois en 10 mn, montre en main, le même scooter 125cm2 LXR Peugeot passe devant la devanture.
Mais cette fois-ci il n’y a plus de passager !
Je lui donne 30 secondes.
Des cloches, introduction de Time par Pink Floyd, viennent de se mettre en branle.
Fort.
Très fort.
Durant vingt longues secondes interminables.
Dans la salle tout le monde, serveurs comme convives, se regarde, s’interroge.
Les têtes se tournent, les bouches béent, les yeux s’affolent, les cheveux se dressent.
Cela se termine.
Brutalement.
Comme tout. Comme toujours.
Et je l’entends alors rugir de frustration, de mécontentement. Je me sens frémir, devinant qu’elle est entre des mains bien jeunes et malhabiles.
Et elle file. Devant moi. A travers la vitre. Mon amante : kidnappée.
Je déguste mon baba.
Succulent. Pas trop imbibé et goûteux.
Je n’aurai nullement le temps de commander un café.
Et voilà, encore une fois, toutes les bonnes choses ont une fin.
Les affaires reprennent !

Les miracles de la technologie aidant, c’est donc en toute tranquillité et sérénité que le propriétaire de cette Jaguar XK 4.2 V8 va tenter de récupérer son bijou.

Et c’est au moment où il la retrouve qu’il tombe sur une bande de malfrats à qui il va, dans un premier temps, proposer un marché. Un marché qui sera toutefois vite caduque et laissera place à une confrontation qui va très rapidement virer au drame et contraindre l’homme à fuir. Et ce, très vite, s’il veut rester en vie. Une fuite dans laquelle il entrainera une jeune adolescente. Cet homme s’appelle Pierre. On ne le saura que tardivement.

 

C’est le lieutenant Damien Glob, de la SRPJ de Lille, jeune trentenaire, qui sera en charge de retrouver cet homme qui a laissé bon nombre de cadavres sur son passage.

"Les écorchés vifs" (Les Rédempteurs) Olivier Vanderbecq
"Les écorchés vifs" (Les Rédempteurs) Olivier Vanderbecq
"Les écorchés vifs" (Les Rédempteurs) Olivier Vanderbecq
"Les écorchés vifs" (Les Rédempteurs) Olivier Vanderbecq

La lecture de ce roman est un savant mélange des genres. Dans un premier temps, vous serez projeté au beau milieu d’un western. Les coups pleuvent, les balles claquent et tout va très vite. Puis, place au film d’action avec le sentiment d’être au volant d’une voiture de sport entraînant dans sa course folle les mots sur son sillage. Des mots qui tourbillonnent et s’envolent à l’image des pensées du narrateur qui se laissera aller à ses souvenirs et à ses émotions.

Un homme qui lève petit à petit le voile en livrant ses réflexions sur la vie, ses doutes, angoisses et interrogations. Qui se remet en question et tente d’apporter des réponses à ces questions qui le taraudent. Les souvenirs ressurgissent, parfois terriblement douloureux.

Petit à petit, l’on comprendra ses motivations, ses douleurs passées. Un passé qui lui vrille les tempes, qui l’enveloppe telle une seconde peau.

Il n’hésite pas à tout faire voler en éclats sur son passage pour parvenir à ses fins, pensant avoir vécu ce que l’on peut vivre de pire et ne plus rien avoir à perdre.

Le mal être transpire et occupe la première place.

La "boîte à malheurs" sera fermée. Longtemps. Et puis, il y aura cette bouffée d'oxygène, salvatrice. L'espoir cédera la place à la souffrance. L'espoir de trouver un autre chemin. un chemin linéaire et non plus parsemé de cailloux. Il y a la volonté de renaître, tel un phénix, la volonté de s'arracher au malheur et de voir la lumière jaillir. La volonté de vivre. Tout simplement.

 

Le sens de l’observation est exacerbé mais l’auteur a parfois tendance à se noyer dans les détails, surtout au début du roman. On pourra regretter également la propension des personnages à se perdre dans leurs pensées. Des écueils qui auraient pu être évités avec quelques coupes dans la narration. Toutefois, on remarquera la recherche dans le mélange des genres et des styles, l’opposition de deux mondes qui s’affrontent : celui du narrateur, très aisé, une vie réussie et une manière de s’exprimer parfois pompeuse et exagérée et cette bande de voyous. Deux mondes diamétralement opposés.

Le style sec et saccadé du début, que l'on pourrait associer visuellement à un tir en rafales, revient en force à la fin du récit, un récit construit de façon très méthodique.

Toutefois, apposer une étiquette sur cet ouvrage est bien difficile. "Les écorchés vifs" est un mélange de roman noir et de roman dit de "littérature blanche". L'accent est surtout mis sur les réflexions de ces deux hommes, ce qu'ils ressentent et ce qu'ils vivent. Le tout sur un léger fond de polar.

Quant à l'écriture, elle est agréable, directe et concise.

Tour à tour, le lecteur se « fondra » dans les personnages. Une identification rendue possible par l’utilisation de la narration à la première personne. Le point de vue est omniscient. Le lecteur saura donc tout des moindres pensées des protagonistes.

On notera également l’humour qui parsème certaines lignes et porte à esquisser quelques sourires dans cette bien sombre atmosphère ainsi que la place occupée par la musique, faisant parfois corps avec le récit. Je ne peux d'ailleurs clore cette chronique sans souligner l'originalité de la scène finale. 

Quant à ces deux hommes : Pierre et Damien qui vivent au quotidien avec leurs démons et leurs peurs les plus extrêmes, ce sont effectivement des écorchés vifs et à la recherche de la rédemption. Le titre du roman ne pouvait pas être mieux trouvé.

Ma conclusion : dur, sombre, mais touchant et émouvant à la fois. 

 

 

Editions Amalthée

432 pages 

24 euros 

"Les écorchés vifs" (Les Rédempteurs) Olivier Vanderbecq
Commenter cet article

Archives

À propos

Férue de littérature policière, mes goûts sont très éclectiques : romans noirs, romans à suspense, thrillers, thrillers psychologiques ou polars. Face à la profusion d'ouvrages de littérature policière, il est parfois bien difficile de faire son choix. Je vous donne donc mon avis quant à mes lectures. Vous pouvez me suivre sur mon compte twitter ou sur mon compte gmail : Marine Reigner