Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Férue de littérature policière, mes goûts sont très éclectiques : romans noirs, romans à suspense, thrillers, thrillers psychologiques ou polars. Face à la profusion d'ouvrages de littérature policière, il est parfois bien difficile de faire son choix. Je vous donne donc mon avis quant à mes lectures.

11 Dec

Corpus Delicti - Bob Garcia -

Publié par Les Polars de Marine

Miami – 12/05/2019 – 4 heures 30 - Une femme disparaît.

 

L’explosion brise la barrière du sommeil.

Poussée d’adrénaline. Le cœur qui bat à s’en décrocher.

Les coups s’acharnent sur la porte de la chambre.

L’homme a compris. Il est déjà dans l’action.

La fille reste tétanisée, le corps figé dans une gangue de peur, son esprit encore englué dans le sommeil.

Un flot d’images incohérentes défile devant ses yeux.

Tremblement de terre. Attaque. Danger. Massacre imminent.

Fuir !

Trop tard. La porte vole en éclats.

De puissants projecteurs trouent les ténèbres de la chambre.

La fille porte sa main devant ses yeux, rempart dérisoire contre l’agression lumineuse.

  • Pas un geste ! Les mains au-dessus de vos têtes !

Elle balbutie :

[…]

Un autre homme la fixe. Il ne porte pas de cagoule. Deux rides se creusent entre ses yeux. Son regard de braise la transperce.

Elle le reconnaît. Un long frisson court de sa tête aux talons.

Comment est-ce possible ?

Il se tourne vers les autres :

  • Sondez les murs ! Défoncez tout s’il le faut ! Toutes les issues sont gardées. Il y a forcément un passage quelque part. ll ne doit pas nous échapper. Je le veux vivant.

[…]

Des mains la poussent dehors.

Le craquement des brindilles sous ses pieds nus.

Elle se cogne contre une structure solide.

La cagoule l’empêche de se guider.

Une main lui appuie sur la tête et la force à se baisser.

Elle est assise dans un véhicule inconfortable, peut-être une jeep.

Claquement de portières.

Démarrage en trombe.

Cela n’a duré que quelques minutes, entre cauchemar et réalité.

Elle sent autour d’elle les présences hostiles des hommes masqués.

Elle esquisse un geste, comme si elle voulait se relever.

Une poigne de fer la colle à son siège.

Les hommes n’échangent pas un mot.

Elle est prise au piège et ne leur échappera pas.

 

 

 

Retour en France

Morfonds – 20/12/2019 – 17 heures

Le commandant Nicolas Savart fait son entrée en scène.

 

De vieilles légendes racontaient qu’à l’aube des temps, le village était déjà le repaire du diable lui-même. Il y avait cultivé le mal comme d’autres cultivent leur jardin. Les anciens rabâchaient des histoires abominables et ne trouvaient rien de mieux que de raconter ça aux enfants avant qu’ils s’endorment. Cela faisait partie des traditions, de l’héritage culturel. Ils prenaient surtout un malin plaisir, au propre comme au figuré, à terroriser les pauvres gamins.

On pouvait encore voir la maison du Diable, installée dans une sorte de hangar, portant l’incontournable numéro 666.  Cela amusait les touristes en recherche de sensation à bas prix.

Morfonds, perdu dans la montagne, coincé entre plusieurs frontières, à peine indiqué sur les cartes, oublié du reste du monde, comme un trou de mémoire collectif, ou comme une maladie honteuse que l’on voudrait cacher. 

 

 

Il faut faire très vite. Claire Moreno sera exécutée le 31 Décembre.

La police dispose de très peu de temps.

D’autant plus que, pour le moment, il n’y a pas de corps !

« Corpus Delicti » : pas de corps, pas de preuve, pas de crime. Donc, pas d’ouverture d’enquête.

 

 

La lecture est simple, fluide et l’écriture très linéaire.

Le début du récit laisse présager un rythme effréné mais l’enquête se déroule normalement et sans précipitation aucune.

En ce qui me concerne, j’aurais préféré une enquête plus soutenue, plus fouillée, plus touffue. Certains thèmes abordés sont, à mon sens, insuffisamment développés. Quelques petits regrets qui, fort heureusement, sont gommés par un humour très caustique dans la présentation des personnages - vous y croiserez la route de Mme Mim, Mr l’Ourson, alias l’Ours, Mamie Nova, Choupette, … - Le tout dans un récit teinté de dérision.

Quant à la fin !... 

Pour le moins très originale et totalement inattendue !

En conclusion, "Corpus Delicti" est un ouvrage qui diffère totalement des autres romans de l’auteur que j’ai pu chroniquer et qui s’inscrit plus dans le registre de la comédie policière.

Un ouvrage que je recommande si vous voulez passer un agréable moment de lecture.

Quant à ses autres oeuvres, je vous les recommande particulièrement également ! 

 

 

 

Bob Garcia est un homme aux multiples facettes : auteur de romans policiers et d’essais sur la bande dessinée, journaliste/chroniqueur littéraire sur plusieurs médias, passionné de Tintin et de l’univers d’Hergé, il écrit plusieurs essais tintinophiles. Passionné aussi par la course automobiles, il est journaliste pour couvrir, entre autres, les 24 heures du Mans. Musicien de jazz amateur, il est membre de l’Académie du jazz.

Enfin, on ne peut que le remercier de nous avoir tant fait rire avec ses mini-skectchs improvisés lors du confinement que vous pouvez retrouver sur le net.

 

 

 

Commenter cet article

Archives

À propos

Férue de littérature policière, mes goûts sont très éclectiques : romans noirs, romans à suspense, thrillers, thrillers psychologiques ou polars. Face à la profusion d'ouvrages de littérature policière, il est parfois bien difficile de faire son choix. Je vous donne donc mon avis quant à mes lectures.