Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Férue de littérature policière, mes goûts sont très éclectiques : romans noirs, romans à suspense, thrillers, thrillers psychologiques ou polars. Face à la profusion d'ouvrages de littérature policière, il est parfois bien difficile de faire son choix. Je vous donne donc mon avis quant à mes lectures. Vous pouvez me suivre sur mon compte twitter ou sur mon compte gmail : Marine Reigner

15 Oct

'Le dernier homme bon' A.J. Kazinski

Publié par lespolarsdemarine  - Catégories :  #Critiques

le-dernier-homme-bon-176957-250-400-copie-1J'ai le plaisir de vous présenter une nouvelle lecturechronique de Sandrine F dans le cadre du cercle de lectures : "Le dernier homme bon' de A.J. Kazinski.

 

 

 

Un tueur sévit à travers le monde, avec des cibles pour le moins singulières : médecins, militants des droits de l’homme, avocats… Tous œuvrent pour le bien. Les meurtres sont d’autant plus étranges qu’une marque représentant une suite de nombres indéfinissables figure chaque fois dans le dos des cadavres. Niels Bentzon, négociateur au sein de la police de Copenhague, reconnu pour son talent mais incompris par ses homologues, est persuadé que c’est au Danemark qu’aura lieu le prochain drame. Mais qui sera la future victime ? 
Aidé par l’astrophysicienne Hannah Lund, Niels va tenter de décrypter les brûlures laissées sur les victimes. Personne ne prend au sérieux ces deux personnages un peu fêlés, pourtant brillants, dont la quête devient de plus en plus impossible. La clé de l’énigme réside dans ces chiffres – mais que signifient-ils ? Qui est le mystérieux assassin et que cherche-t-il à démontrer ? 
Véritable page-turner, "Le Dernier Homme bon" combine profondeur psychologique, action et suspense jusqu’au dénouement qui surprendra plus d’un lecteur. 

 

L’auteur

Derrière A. J. Kazinski se cachent Anders Rønnow Klarlund jacob.jpget Jacob Weinreich. Scénariste et réalisateur, Rønnow Klarlund a fait ses débuts d’écrivain avec le roman "Les Dévoués". Weinreich, scénariste, écrit des romans depuis une dizaine d’années, dont plusieurs sont destinés à la jeunesse. "Le Dernier Homme bon" est le fruit d’une première collaboration entre les deux auteurs.

 

 

Mon avis

Une trame qui se découpe en deux parties :

* D’une part, l’étude de mort imminente et la tentative de comprendre le pourquoi de ce retour à la vie ainsi que les visions du futur des revenants.

* D'autre part, une entrée très rapide dans le monde du terrorisme international avec un individu qui dit tuer par vengeance, et, en étroite corrélation à ces deux thèmes une lègende juive qui dit que 36 justes dispersés dans le monde œuvrent pour le maintien de la paix dans le monde par leurs actions. Toutefois, ces personnes ne se connaissent pas et ne se savent pas « justes ».

 

Au milieu de tout cela nous trouvons trois personnages : Niels Bentzon, négociateur de la police de Copenhague   astrologie(qui souffre d’aviophobie) ménera son enquête aidé par une astrophysicienne, Hannah Lund (meurtrie par le suicide de son fils et qui a renoncé à enseigner). Ce duo tentera d’élucider par la logique des mathématiques un moyen de trouver et de protéger les justes encore en vie.

De l’autre côté du globe, un autre policier, Tommaso di Barbara  tentera, lui aussi, malgré une hiérarchie réticente à sa quête et ses conclusions d’en faire autant.

Ce terroriste international est il lié à cette légende ?

De Venise ou Copenhague, ou mourront les prochains justes ?

Autant de questions qui trouveront peu à peu réponse mais au détriment d’une lutte sans merci, d’obstinations et du sacrifice de soi face à l’humanité entière. 

Malgré le nombre de pages assez importante (format poche 715 pages), cette écriture à quatre mains donne à ce roman un sérieux dans les recherches effectuées par les auteurs. Les rebondissements interviennent à petites doses, surprennent et font que l’intrigue avance pas à pas vers une fin incroyable. On trouve dans ce polar un mélange d’ésotérisme, d’astrologie, de religion  qui font que l’intrigue est bien construite et réaliste.

 

Une histoire qui nous emporte et qui nous méne au-delà de l’idée que nous nous faisons de la mort et de la vie.

Commenter cet article

sandrine famechon 16/10/2012 16:57

merci pour le commentaire... En effet les avis étant contrastés j'ai préféré me faire ma petite idée et n'en ai pas été déçue.
Merci pour les encouragements !!!

Jean Dewilde 16/10/2012 15:51

Une bien belle chronique, en effet, bien détaillée et construite. Je dis bravo, Sandrine.
Tu peux envoyer ta marraine balader ! La bise, Marine.
J'ai lu des chroniques assez contrastées de ce polar, ce qui fait qu'il n'est pas en tête de gondole. Ésotérisme, astrologie, je ne suis pas fan.

lespolarsdemarine 17/10/2012 08:21



Dis donc toi , c'est quoi ce comm ? comment çà elle peut m'envoyer balader   ??



sandrine famechon 15/10/2012 19:27

merci à tous, vos commentaires me touchent énormément et renforces mon envie de continuer.... de plus avec marine comme "marraine" je ne peux qu'être plus motivée encore!!!!

lespolarsdemarine 17/10/2012 08:21



Je suis très flattée ! Merci Sandrine



Brigitte 15/10/2012 18:44

Belle chronique Sandrine ! bravo ! et un livre de plus dans ma liste !!

Carine 15/10/2012 18:10

Félicitations Sandrine ! Je vois que tu y prends goût et c'est tant mieux pour nous ... Une bien jolie chronique, bravo ! Ce titre est noté sur ma liste ...

Vincent 15/10/2012 17:31

Je confirme l'opinion de Marine. Tu deviens experte en chroniques. Ta chronique résume parfaitement ce que j'ai ressenti à la lecture du livre, comme si je l'avais écrite moi-même...Hihihi..
En tout cas, félicitations, et continue comme ça...

Archives

À propos

Férue de littérature policière, mes goûts sont très éclectiques : romans noirs, romans à suspense, thrillers, thrillers psychologiques ou polars. Face à la profusion d'ouvrages de littérature policière, il est parfois bien difficile de faire son choix. Je vous donne donc mon avis quant à mes lectures. Vous pouvez me suivre sur mon compte twitter ou sur mon compte gmail : Marine Reigner