Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Férue de littérature policière, mes goûts sont très éclectiques : romans noirs, romans à suspense, thrillers, thrillers psychologiques ou polars. Face à la profusion d'ouvrages de littérature policière, il est parfois bien difficile de faire son choix. Je vous donne donc mon avis quant à mes lectures.

29 May

'Mes conversations avec les tueurs' Stéphane Bourgoin

Publié par lespolarsdemarine  - Catégories :  #Critiques

convertueursStéphane Bourgoin a plusieurs casquettes : propriétaire de la Librairie au 3ème Oeil à Paris (9ème), et écrivain spécialisé dans la criminologie et le roman policier, notamment dans l'étude du tueur en série (en 20 ans d'écriture, il a publié de très nombreux ouvrages). Il n'a eu de cesse de parcourir le monde et d'interroger des tueurs en série. Plus de 70 au total. Peut-être sa manière à lui d'exorciser sa souffrance et de tenter de comprendre les raisons de tels actes quand il a appris le meurtre et le viol de sa compagne par un serial killer en 1976.

 Librairie Au 3ème Oeil au 3ème oeil

 

 

 

 

Dans l'ouvrage 'Mes conversations avec les tueurs', Stéphane Bourgoin nous livre, un peu à la manière d'une autobiographie, l'envers du décor. La peur qu'il a pu parfois ressentir en interviewant des tueurs 'Avec Mes conversations avec les tueurs, ce sont en quelque sorte les 'coulisses' de mes précédents livres. Vous montrer les épreuves physiques des changements d'avion quotidiens, des moments d'angoisse qui précèdent les entretiens, des formalités inhérentes à ce type d'activité, la tension et le stres des confrontations, la peur, parfois.'

Des confessions parfois insoutenables. Une confrontation avec la réalité des horreurs, des crimes et des tortures. 

Un ouvrage enrichi de multiples photos (prisons, scènes de crime, éléments de presse, policiers...)

Entrer dans l'esprit des tueurs, les faire parler en gagnant leur confiance, tenter d'analyser leurs actes. 'L'immense majorité des tueurs en série sont des menteurs invétérés depuis leur plus jeune âge. Isolés, marginalisés dans l'existence, ils se réfugient dans l'imaginaire pour se construire une personnalité, loin de la médiocre réalité de leur existence'.   

Dans le cas présent, nous ne sommes plus dans la fiction des romans mais bel et bien dans la réalité. Nous qui lisons tant de romans policiers en tout genre, cet ouvrage nous permet de nous apporter les réponses aux questions que nous avons pu parfois nous poser. Pourquoi ces hommes tuent t-ils ? Comment ? Ont-ils des remords ? Stéphane Bourgoin répond ici au travers des nombreuses confessions à toutes ces questions. Il nous livre des confessions parfois plus que surprenantes.     

'Je tue pour connaître un désir de puissance et pour contrôler ma propre vie, m'explique-t-il. C'est un peu comme d'être au volant d'un bolide de course dont la vitesse vous enivre. Vous contrôlez ainsi l'existence des autres'.   

SCHAEFERLa rencontre la plus impressionnante restera sans nul doute celle de Gérard Schaefer ...'Surnommé "The Sex Beast", Schaefer n'a été condamné que pour deux meurtres et deux kidnappings, mais les autorités policières et judiciaires l'ont directement impliqué dans la disparition de trente-quatre jeunes femmes. Le procureur Robert Stone qui a assemblé tout le dossier d'instruction à charge estime que Schaefer a probablement tué près d'une cinquantaine de victimes, ce qui parait confirmé par plusieurs lettres du serial killer adressées à son ex-petite amie Sondra London. Schaefer cumule à lui seul un nombre incroyable de perversions : le voyeurisme, le sadisme, le bondage, le fétichisme, l'urophilie, la scatophilie, la météorophilie, l'autoérotisme, le travestisme, la pornographie, la zoophilie, la nécrophilie'...

Schaefer utilisait sa fonction d'adjoint avec sa voiture de service pour prendre des jeunes auto-stoppeuses afin de les mettre en garde sur le danger de l'auto-stop. Il les raccompagnait chez elles et ils s'échangeaient les numéros de téléphone. Schaefer les recontactait pour leur proposer de les accompagner aux endroits qu'elles souhaitaient. Il les emmenait dans un bois, les ligotaient avec des cordes et les pendait à des branches d'arbre de façon à ce que leurs doigts de pied touchent à peine le sol pour qu'elles puissent après quelques heures se pendre elles-mêmes, mais Schaefer les détachait juste à temps qu'elles aient péri.
Il les obligeait à boire de l'alcool afin de pouvoir ensuite les photographier et les pendait à nouveau. Il terminait par la strangulation qui était une de ses obsessions. Il violait ensuite les corps et les démembrait.


Les criminels soulageaient-ils leur conscience en se livrant ainsi ? Eux qui étaient tous condamnés. Nul ne le sait, mais Stéphane Bourgoin a sans nul doute réussi là où tant d'autres ont échoué en recueillant leurs témoignages les plus intimes et on imagine aisément le travail de reconstitution et de mémoire que l'auteur a effectué. On ne peut que féliciter cette initiative.

'Mes conversations avec les tueurs' parait le 1er Juin.  

 

                             
                                                 Dans la tête du tueur en série, un entretien... par nosnow

 

                            
                                        Stephane Bourgoin dans "Le Cabinet des Curiosités" par DARKPLANNEUR

203 pages
Editions Grasset
Commenter cet article
B
Ca doit être intéressant mais je ne me sens pas du tout de lire ce genre d'ouvrage.
Répondre
L


Ce qye je peux comprendre !



Archives

À propos

Férue de littérature policière, mes goûts sont très éclectiques : romans noirs, romans à suspense, thrillers, thrillers psychologiques ou polars. Face à la profusion d'ouvrages de littérature policière, il est parfois bien difficile de faire son choix. Je vous donne donc mon avis quant à mes lectures.