Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Férue de littérature policière, mes goûts sont très éclectiques : romans noirs, romans à suspense, thrillers, thrillers psychologiques ou polars. Face à la profusion d'ouvrages de littérature policière, il est parfois bien difficile de faire son choix. Je vous donne donc mon avis quant à mes lectures.

12 Jan

'Vengeance XXL' Paskal Carlier

Publié par lespolarsdemarine  - Catégories :  #Critiques

capture-d ecc81cran-2012-09-27-acc80-13-53-02Lukas Desjeans. 29 ans 1,78m 74 kgs. Blond aux yeux verts, doté d’un physique agréable a tout pour plaire et être heureux. La vie lui sourit. Il conduit une Porsche 944, est propriétaire d’un appartement situé à Neuilly sur Seine et n’a aucun souci de fin de mois. Côté cœur, il est en concubinage avec Julie une jeune femme charmante et est comblé. Tous les deux sont très amoureux. Il dirige un magasin de matériel hi fi.

Et pourtant, tout va basculer du jour au lendemain. Le lundi 20 juin 2005, jour où il décide de licencier un de ses employés sera à marquer d’une pierre noire. Le motif ? Patrick Legendre est obèse et nuirait à l’image de la Société. Lukas Desjeans est un homme aux convictions bien établies et surtout rempli de préjugés. Ne supportant pas l’idée que, selon lui, son employé ne parvient pas à maigrir tout simplement parce qu’il se laisse aller, il décide de le licencier. Lukas trouve que son image est devenue dérangeante vis-à-vis de la clientèle. L’employé a beau se justifier et invoquer des problèmes de santé, le directeur n’en a que faire et c’est sans ménagement qu’il le met à la porte. Et ce, après 15 années de bons et loyaux services.

… « Ce n’est certainement pas en gémissant et en me montrant cette image de faiblesse qu’il pourra influer sur ma décision. Je rétorque, énervé :

- C’est tout réfléchi ! Je ne peux pas garder un obèse ! Même si vous guérissez, il vous faudrait de nombreux mois pour retrouver une silhouette présentable, et ne peux attendre, alors au revoir.

- S’il vous plait, je…

- Bon écoutez, Legendre, vous m’ennuyez maintenant, votre état et votre comportement me déplaisent ! Je ne supporte pas les gens comme vous, faibles et geignards. Je vous somme de quitter ce bureau immédiatement, sinon je vais être obligé de vous faire raccompagner par les vigiles. Alors, sortez d’ici la tête haute, ne soyez pas encore plus pitoyable et pathétique. J’ai du travail, moi ! »…

Tout aurait donc pu simplement s’arrêter là mais une vieille femme accompagnait Patrick lors de l’entretien. Lukas ne s’étant même pas donné la peine de savoir qui elle était, ce n’est qu’en quittant le bureau qu’elle lui annonce qu’elle va venger cet homme injustement condamné par son physique.

…  « Tu ignores qui je suis et cet affront sera lavé. Je te le promets : tu vas regretter longtemps ce licenciement. Je vais te faire souffrir, toi aussi tu vas grossir, tu vas tout perdre, rien ni personne ne pourra te venir en aide et tu finiras par en crever »…

Ne prenant absolument pas ces menaces au sérieux, le directeur oublie très vite l’altercation. Mais pas plus tard que dans la nuit suivante, il est sujet à de très violentes douleurs dans le bas du ventre. Ces douleurs prennent fin aussi vite qu’elles sont apparues quelques heures plus tard. Le lendemain matin, qu’elle n’est pas sa stupéfaction  de voir qu’il a pris 2 kilos ! Deux jours plus tard, ce sont 4 kilos de plus qui s’affichent sur la balance ; soit 6 kilos au total. Lukas, si soucieux de son image, commence à paniquer. Lui jusqu’à présent si sûr de lui se met à douter quant aux propos de la vieille femme. Lui qui ‘habituellement contrôle toute sa vie’ ressent un malaise profond. Et si cette femme lui avait réellement jeté un sort ?

Petit à petit, c’est la spirale infernale. 10 kilos en 4 jours. Une prise de poids qui continue et s’accélère inexorablement. Julie, son amie n’arrive pas à le rassurer. Il décide d’aller voir son meilleur ami médecin qui lui prescrit un traitement mais il est persuadé au fond de lui qu'il a été envoûté et que rien ni personne ne pourront l'aider. Ce sera ensuite un long combat contre ces kilos qui s’installent et une lutte acharnée. Car même en se privant de nourriture, son poids continue de grimper. Il devient, à son tour et très rapidement obèse.

 

Ce roman soulève une problématique essentielle qui s’inscrit dans le cadre d’un phénomène de Société : le poids.

Nous vivons dans une Société régie par le diktat de la minceur. Des multiplications de régimes aux mannequins plus maigres les unes que les autres, article-v-xxltout est bon pour se sentir mal à l’aise avec quelques kilos de trop. Le code de la minceur est imposé par les agences et la mode est présentée par des mannequins à la limite de l’anorexie. Quant aux régimes, ils font régulièrement la une des magazines. Hyper protéinés, régimes weight watchers, Dukan, régimes ananas ou autres, ils représentent un véritable marché. Les salles de sport ont aussi le vent en poupe ; le mot d’ordre étant : ‘il faut éliminer’…

Mais au-delà de la nécessité de maigrir pour certains, leur surpoids pouvant engendrer des conséquences dangereuses pour leur santé, faire un régime reste un choix. Qui plus est, beaucoup tentent de combattre leurs kilos mais sans succès. Pas forcément par manque de volonté mais parfois à cause de maladies pouvant être la cause de leur surpoids et les empêcher de maigrir. Quoi qu’il en soit, la question est : un employeur a-t-il le droit de forcer un salarié à maigrir, de lui imposer sa ligne et surtout celui de le licencier pour cause de ‘non-conformité’ ? Fort heureusement, non !

 

Lukas Desjeans est un homme profondément antipathique, tout au moins au début du roman. Il ne juge les autres que de part leur physique et ne s’intéresse qu’à l’aspect extérieur de la personne. Que penser en effet de quelqu’un qui pense que : « c’est un fait, les obèses ne sont pas crédibles, ils font fuir les acheteurs. Je les comprends, personnellement, je ne ferai jamais confiance à un gros pour me prodiguer des conseils. Comment pourrait-on accorder son crédit à une personne qui n’a même pas le respect de son propre corps ? » Un homme qui se croit investi d’un pouvoir suprême et qui est dédaigneux de autrui « Il m’est agréable de savoir que j’ai droit de vie ou de mort sur leur emploi ». Un homme qui manque totalement d’humanité « Dans notre métier, nous ne sommes pas là pour faire du social ou de l’humanitaire » et de compassion « J’entends des sanglots, l’homme à la tête basse, il est ridicule, j’ai envie de rire ! »

En voyant sa vie basculer et les prédictions de la vieille femme se réaliser, il sera contraint de revoir son jugement, de comprendre les autres, et surtout il réalisera que les personnes obèses ne le sont pas toujours simplement par excès de gourmandise ou par manque de volonté. Cet homme changera par la force des choses et deviendra plus humain. 

 

C'est très rapidement que j'ai lu ce roman mais j'ai regretté la légéreté du style. J'avoue y accorder une grande importance. Toutefois, j'avais hâte de connaître le fin mot de l'histoire et l'auteur sait maintenir son lecteur en haleine. Vous vous demanderez qui est réellement cette femme qui se trouvait dans le bureau de Lukas Desjeans lors du licenciement de l’employé. La magie noire n’existe plus depuis bien longtemps. Et pourtant… Que s’est il réellement passé ? Quel sera le fin mot de cette histoire ? Lukas Desjeans retrouvera-t-il ce qu’il a perdu ? Sa concubine, son métier et son apparence ? Ou choisira-t-il de mettre fin à ses jours, ne supportant plus son apparence et ne pouvant accepter de vivre dans ces conditions ?

Au final, un roman qui sonne comme une belle leçon de vie.

 

« Mon Dieu ! Le plus souvent l’apparence déçoit. Il ne faut pas toujours juger sur ce qu’on voit ».

Molière

« Cessez de juger sur l’apparence. Jugez avec équité ».

Saint Jean

 

 

Qui est Paskal Carlier ?

 

 

 

Editions Kirographaires

397 pages

21,45 € 

Commenter cet article

brigitte 14/01/2013 19:34

Et un autre de plus qu'il va me falloir. Et comme Janine, j'ai pensé à celui de Stephen King (ou plutôt Richard Bachman) mais à l'envers !! Chic ! la réserve de lecture n'est pas près de diminuer
!!

lespolarsdemarine 15/01/2013 08:22



Bonne lecture Brigitte !


Amitiés



janine Louis 13/01/2013 02:49

il me plaira bien, j'en suis sûr. Il me fait penser au livre de Stephen King "la peau sur les os", dans ce livre c'est l'inverse qui se passe.

lespolarsdemarine 13/01/2013 15:08



Tout à fait. J'avais d'ailleurs entendu parler de ce roman sans toutefois l'avoir lu. Bonne lecture Janine !



Archives

À propos

Férue de littérature policière, mes goûts sont très éclectiques : romans noirs, romans à suspense, thrillers, thrillers psychologiques ou polars. Face à la profusion d'ouvrages de littérature policière, il est parfois bien difficile de faire son choix. Je vous donne donc mon avis quant à mes lectures.