Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Férue de littérature policière, mes goûts sont très éclectiques : romans noirs, romans à suspense, thrillers, thrillers psychologiques ou polars. Face à la profusion d'ouvrages de littérature policière, il est parfois bien difficile de faire son choix. Je vous donne donc mon avis quant à mes lectures.

13 Mar

"Balancé dans les cordes" Jérémie Guez

Publié par lespolarsdemarine  - Catégories :  #Critiques

Tony est un tout jeune boxeur qui s’entraîne pour préparer son premier combat en catégorie pro. Il n’a que la boxe et il veut être le meilleur. Il habite la cité mais ne trempe pas dans les combines des autres. Il connaît Moussa, ce qui lui suffit pour pouvoir se tenir à l’écart sans être inquiété. Il ne cherche pas les autres, les autres ne le cherchent pas non plus. Ce n’est pas plus compliqué que cela.

 

…« Je n’ai pas toujours habité ici. Jusqu’à mes 11 ans, je vivais dans un petit appartement dans le Xème arrondissement de Paris. Mais ma mère a perdu son travail et n’en a jamais retrouvé un. Mon oncle nous a pris en charge Déménagement derrière la Porte de la Chapelle. Puis au nord d’Auber. Toujours au milieu des blocs. Le choc. Le premier jour d’école là-bas, je suis rentré avec le nez en sang. Ma mère, abrutie par les médocs, se foutait que son fils prenne des trempes. En fait, avec le recul, je crois qu’elle ne s’en rendait même pas compte. J’avais beau être très grand pour mon âge, je me faisais systématiquement masser les joues par la bande des sales gosses du quartier. De vrais salopards qui jouaient déjà les caïds, issus d’authentiques familles de cas sociaux : pères en prison, frères obsédés par la fixette au point de braquer le tabac du coin avec une hache, mères et sœurs dont les semaines étaient rythmées par les visites aux parloirs. La zone pour de vrai, sans sas de décompression. Tous les soirs à chialer seul dans ma chambre, jusqu’à ce que mon oncle remarque, un jour, mon visage tuméfié. Il ne dit rien à ma mère et se contente de me glisser une petite tape à la joue en me murmurant à l’oreille : « Ca va aller bonhomme »…

 

Il vit seul avec sa mère. Son quotidien : les entraînements et le travail au garage avec son oncle. Jusqu’au jour où sa mère est envoyée à l’hôpital après avoir été battue par un dealer. Tony demande alors à Miguel de la venger. Mais il aura tôt fait de comprendre que ce service rendu ne sera pas à sens unique et qu’il aura une dette vis-à-vis de Miguel ; dette dont il devra très vite s’acquitter. Ce ne sera que le début d’un engrenage et d’une spirale infernale dont il lui sera bien difficile de sortir.

 

Dans un premier temps, c’est à la première personne que l’histoire est narrée. Tony raconte. Le personnage est omniscient mais le lecteur sera quelque peu surpris par le manque de réactivité. Les réponses du personnage principal sont au minima. La boxe se révèle en fait être un exutoire. Ce n'est que dans la seconde moitié du roman que le héros, ténébreux et introverti évoluera.

 

Dès les premières pages, l’on ne peut être que surpris par le style de l’auteur. Sans fioritures, les phrases sont volontairement courtes et le rythme est saccadé et tranché. Un procédé très efficace qui colle parfaitement avec la noirceur du roman. En conclusion, une écriture très maîtrisée pour un tout jeune auteur âgé de 24 ans à peine. Un auteur dont le nom est à retenir, sans nul doute, et à suivre.

Je n’ai qu’un seul regret à formuler : que ce roman soit si court.  

 

« Balancé dans les cordes » est finaliste pour le prix SNCF du polar.

Il est encore possible, si vous le souhaitez, de voter pour ce roman :

Prix polar SNCF

 

 

Editions j’ai lu

188 pages

5,60 € 

 

 

Qui êtes-vous ?

Je suis un type qui raconte des histoires, c'est tout.
Je suis venu à l'écriture parce que j'aimais lire, tout simplement. Je voulais essayer à mon tour et ça a commencé comme ça.

Comment écrivez-vous ? 
Concrètement, j'écris toute la journée, avec une préférence pour le matin ; période où je suis le plus concentré.

Où trouvez- vous votre inspiration ? Et qu’est-ce qui vous a donné l’idée d’écrire un roman sur ce sujet ?
Je n'ai aucune idée d'où vient l'inspiration ; je suppose qu'elle apparaît à la croisée de plusieurs centres d'intérêts. A près, la genèse, je ne pourrais pas la détailler précisément. Je pense que Balancé dans les cordes vient de l'imaginaire que je me faisais de la boxe, de son image au cinéma, dans les films noirs américains.

Pouvez-vous me parler de vos œuvres précédentes ? 
Mon premier roman était plus sec, moins dense, sans doute plus violent aussi. Je trouve que les deux romans n'ont rien à voir.

Quel est votre trait principal de caractère ?
Principal trait de caractère, je dirais que je suis assez bosseur.

Quelle est votre devise ? Votre rêve particulier ?

Pas de devise, pas de rêve particulier ; je me concentre sur ce qui se passe, essaye de bosser, de prendre du plaisir, le reste c'est mektoub, on verra bien...

Un livre en écriture ?

Eh oui, j'ai un livre en écriture, une histoire de détective privé, un peu barrée, à paraître chez La Tengo en Octobre.

Je vous remercie, Jérémie, d'avoir pris le temps de répondre à ces quelques questions et le rendez-vous est pris pour venir vous écouter aux Quais du Polar à Lyon.

 

Jérémie Guez au Quai du Polar à Lyon les 30 et 31 Mars

Deux producteurs misent sur l'auteur

"Balancé dans les cordes" Jérémie Guez
Commenter cet article

Archives

À propos

Férue de littérature policière, mes goûts sont très éclectiques : romans noirs, romans à suspense, thrillers, thrillers psychologiques ou polars. Face à la profusion d'ouvrages de littérature policière, il est parfois bien difficile de faire son choix. Je vous donne donc mon avis quant à mes lectures.