Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Férue de littérature policière, mes goûts sont très éclectiques : romans noirs, romans à suspense, thrillers, thrillers psychologiques ou polars. Face à la profusion d'ouvrages de littérature policière, il est parfois bien difficile de faire son choix. Je vous donne donc mon avis quant à mes lectures. Vous pouvez me suivre sur mon compte twitter ou sur mon compte gmail : Marine Reigner

11 Aug

Coup de coeur "Connemara Black" - Gérard Coquet -

Publié par Les Polars de Marine

Coup de coeur "Connemara Black" - Gérard Coquet -

« Connemara Black » est le récit d'une Irlande, terre de contrastes que l'auteur - à travers les mots que j'ai pu recueillir lors d'une interview - considère un peu comme une seconde patrie. Cette terre, Gérard Coquet la connaît dans ses moindres détails, s'y rendant depuis plus de 20 ans pour s'y adonner à l'un de ses plaisirs favoris : la pêche à la mouche. Une terre où les conflits résonnent encore et sont bien présents dans les mémoires.

 

L'auteur aime à s'y perdre, aime le caractère particulier des Isliens et la succession de décors complètement changeants qu'elle peut offrir. Passer en l'espace d'un instant, au détour d'une route, de la tourbe désolée à un décor de plages paradisiaques. Cette terre où l'on sait prendre le temps, celui de vivre, de respirer, d'échanger autour d'un verre dans un pub ; où chacun y va de son anecdote et qui place les rapports humains en première ligne de compte. Une terre à qui il livre un amour inconditionnel.

 

Afin d'illustrer son récit, il a choisi de donner vie à un personnage haut et fort en couleurs et la représente sous les traits d'une femme : Ciara qui incarne sa vision d'une société plus matriarcale que patriarcale.

Dotée d'un charisme indéniable, elle possède un caractère fort et déterminé .

Ecorchée vive de part son passé douloureux, elle n'en reste pas moins une femme équilibrée et ce, même si elle a vécu des moments particulièrement difficiles.

Les personnages de ce roman sont bien trempés et dotés d'un fort charisme. Le ton y est sec, rude et cassant, à l'image de cette terre de contrastes, à la fois dure et hostile et où la nature y règne en maître, où des heures entières peuvent être ternies par la pluie et être remplacées en une fraction de seconde par le soleil venant briller de mille feux et illuminer la journée.

Un ton volontairement cru qui donne du corps au récit et le rend puissant.

 

Gérard Coquet est un auteur pour le moins atypique. Dans son roman "Malfront - Les fantômes de la combe ", il utilisait un chêne qui avait vendu son "âme" au Malin pour pouvoir grandir plus vite. Un chêne dont les racines s'étendaient de part et d'autre du village et auprès duquel beaucoup de langues se déliaient, qui avait la particularité de pouvoir converser avec les habitants du village et qui serait le témoin séculaire de tout ce qui s'ensuivrait.

 

Dans le cas présent, c'est sur de multiples règlements de comptes que va se forger le récit. La particularité de « Connemara Black » est d'être ce que l'on pourrait définir comme un roman "d'ambiance" qui se doit d'être lu en prenant son temps, le temps de s'imprégner des descriptions des paysages si parfaitement retranscrits, le temps de connaître chaque personnage, le temps de savourer et peser chaque mot, le temps d'admirer une narration de très grande qualité. 

L'océan était à marée basse. Ce matin, la blancheur du ciel tirait les yeux. Après la plage, une pente de sable et de rocaille sinuait en direction des croix celtiques penchées vers l'ouest. La couleuvre humaine, oscillant entre les talus d'herbes laineuses et les éboulis, suivant les paquets de crottin et les traces de sabots au milieu des ornières des roues. L'attelage s'arrêta à proximité de la tombe.
Les hommes défilèrent les uns après les autres, abandonnant un mot de compassion ou une tape sur l'épaule. Zack les regarda tous, droit dans les yeux. Les femmes restèrent en retrait. L'une d'elles transgressa la coutume et s'avança lorsque les cordes cognèrent le cercueil. La tristesse de sa beauté sauvage le bouleversa. Elle continua, indifférente aux insultes de Fergus O'Brien qui se débattait au milieu d'hommes essayant de le maîtriser. Chignon tiré en arrière, vêtue d'un uniforme de la Gardia, le visage plus livide qu'une laveuse de gué. Ciara McMurphy marmonna une prière et jeta un coquillage au fond de la tombe. Depuis son divorce d'avec Fergus, elle ne portait plus son nom d'épouse et avait passé l'outrecuidance jusqu'à reprendre le patronyme de son clan.
Zack serra les poings et baissa le menton. Pour se retenir de pleurer, il lui tourna le dos. En contrebas sur la côte, la houle venue du large vaporisait les rochers d'écume. Les entablements de granit n'étaient qu'ossuaires d'arêtes et d'os blanchis par le sel. Très loin vers l'horizon, les affleurements des hauts-fonds soulignaient le ciel.
Quand son esprit lui ordonna de revenir sur terre, il ne restait que deux hommes dans le cimetière Fergus, le mari abandonné de Ciara, s'était calmé. James O'Brien, son oncle, compagnon des premières luttes, s'appuyait sur le manche de sa pelle. En arrière-plan, sur la plage, la cohorte des vivants repartait vers le village. Après l'heure de la tristesse, sonnait celle de la Guiness.
On referme ? demanda James,
On y va.
Zack tira une autre pelle de la charrette et se cracha dans les mains. Il savait que le bruit de la terre rebondissant sur le cercueil de sa fille lui résonnerait dans les oreilles jusqu'à la fin de ses jours.

Coup de coeur "Connemara Black" - Gérard Coquet -
Coup de coeur "Connemara Black" - Gérard Coquet -
Coup de coeur "Connemara Black" - Gérard Coquet -
Coup de coeur "Connemara Black" - Gérard Coquet -
Coup de coeur "Connemara Black" - Gérard Coquet -
Coup de coeur "Connemara Black" - Gérard Coquet -
Coup de coeur "Connemara Black" - Gérard Coquet -

13 ans plus tard...

Quand une série de meurtres commence à ébranler la ville de Galway, c'est à Ciara que le commissaire Grady confiera l'enquête. Elle, l'enfant du pays, celle dont les racines sont profondément enfouies dans cette terre sera chargée de comprendre ce qui se passe et de mettre fin aux agissements de ceux que rien ne semble pouvoir arrêter. 

Lancée sur les traces de trois hommes qui sont prêts à tout pour retrouver un traité de haute magie noire, la tâche sera pour le moins rude. 

Il referma le registre. Parmi tous ceux qui étaient venus, des âmes corrompues avaient mordu à l'hameçon de la trahison. Où se terraient les autres ? Celles des ennemis jurés de l'ancien Gang des Bouchers ? Craig Cooper avait été vu à Cork, deux jours plus tôt, avant de se volatiliser. Mc Coy vida son verre de Jameson. L'alcool lui piqua les yeux. Maintenant, il était seul et déjà vieux.
"Je ne me souviens plus au coin de quelle route
Ma vie a déposé le fardeau de l'espoir ;
Et j'ai tout vu mourir, la foi comme le doute,
La tristesse du jour comme l'ennui du soir."
Sa voix trembla en récitant le poème de Jessica. Il pleura enfin. Dieu lui laisserait-il le temps de se venger ?

Si vous voulez en savoir un peu plus sur l'auteur...

Si vous voulez en savoir un peu plus sur l'auteur...

Quand on lui demande qui il est, Gérard Coquet répond que sa date de naissance est la même que celle de la mort de Louis XVI.

Marié à Isabelle, il sera bientôt grand-père pour la troisième fois.

L'écriture n'est pas son métier. Toujours en activité, il gère plusieurs sociétés dont la principale est un cabinet d'architectes.

Jusqu'à ce qu'il décide d'arrêter. Tout simplement...

 

A la question, pouvez-vous me parler un peu de vous, il vous dit en souriant qu'il a été musicien d'un groupe folk dans une autre vie et également juge au tribunal de commerce pendant une dizaine d'années.

Touche à tout, ses loisirs sont la sculpture, le moulage et la peinture.

Il a arrêté ces activités afin de se consacrer à l'écriture, une passion très chronophage.

Lyonnais, il aime la vie et est fidèle à sa région.

Il aime la création et, d'une manière générale, tout ce qui y est lié.

Il aime également le pouvoir qu'il peut exercer sur ses personnages, l'écrivain ayant toute latitude dans la décision de donner ou de reprendre la vie à ses héros de papier.

Sauf quand ce sont eux qui choisissent, …

Créer, penser, organiser, rendre clair et lisible. Voilà ce qui lui plaît dans l'écriture, un travail parfois fastidieux mais tellement grisant pour reprendre ses propres termes.

Son inspiration, il la trouve au détour d'un fait divers ou même d'une simple phrase. En découle un vivier d'idées qui donneront naissance à une intrigue puis à la construction du récit.

Demandez lui quels sont ses auteurs préférés, il vous répondra : San Atonio, Connelly, James Ellroy,...

Ses ouvrages marquants ? « La religion » de Tim Willocks, « Toutes les vagues de l'océan » de Victor Del Arbol, « Le cercle de la croix » de Iain Pears.

 

000000000000000000--------------------------------00000000000000000000

 

A la lecture des dernières lignes du roman, on entrevoit la possibilité d'une suite.

Effectivement, Gérard Coquet n'en a pas fini (et ce, pour notre plus grand plaisir) et envisage de donner naissance à un roman qui ne commencera pas en Irlande mais en Albanie.

Un concours de circonstances fera que quelqu'un qui vivait en Albanie - mais qui était Irlandaise de souche - devra revenir, non sans risques, dans un endroit où l'indépendantiste Irlandais n'est pas totalement mort.

 

Pour information, si vous souhaitez rencontrer l'auteur, il participera aux salons suivants :

 

-  Sang d’encre à Vienne (novembre)

-  25 et 26/11 Gray (Franche Comté)

 

Pré-sélectionné pour le prix polar Michel Lebrun

 

 

Editions Jigal

 

Coup de coeur "Connemara Black" - Gérard Coquet -
Coup de coeur "Connemara Black" - Gérard Coquet -
Coup de coeur "Connemara Black" - Gérard Coquet -
Commenter cet article

lewerentz 11/08/2017 18:34

Je note pour l'histoire, en espérant que ça ne soit pas bourré de clichés sur l'Irlande. Je ne connais pas cet auteur.

Les Polars de Marine 19/08/2017 18:49

Aucun clichés !
Ce récit est d'une qualité rare et remarquablement bien écrit.
Gérard Coquet est un auteur à découvrir.

Girard Henri 11/08/2017 14:46

Que voilà une chronique bien alléchante et fort bien troussée !
Gérard Coquet est un auteur talentueux. Ces deux premiers romans m'avaient enchanté. C'est un ami également, que je m'honore d'avoir côtoyé en quelques occasions souvent festives. L'homme est sensible, ouvert, curieux, nourri d'une bienveillante empathie pour ceux qui ont en lui, comme lui, un brin de cœur et beaucoup d'âme. Son écriture est travaillée, retravaillée, forgée - cent fois sur le métier Gérard Coquet remet l'ouvrage - jusqu'à ce que son et sens s'accordent, fond et forme s'unissent, jusqu'à ce que le tempo rythme la mélodie, jusqu'à ce que l'intrigue soit habillée de vérité, de force et de beauté.
Je vais bien sûr déguster "Connemara Black", avec l'attention d'un pêcheur à la mouche et la gourmandise d'un buveur de Guinness.

Les Polars de Marine 19/08/2017 18:50

Gérard Coquet fait effectivement partie de ces auteurs à côté desquels l'on ne peut passer.
Je te souhaite une belle lecture Henri !
Amitiés.

Archives

À propos

Férue de littérature policière, mes goûts sont très éclectiques : romans noirs, romans à suspense, thrillers, thrillers psychologiques ou polars. Face à la profusion d'ouvrages de littérature policière, il est parfois bien difficile de faire son choix. Je vous donne donc mon avis quant à mes lectures. Vous pouvez me suivre sur mon compte twitter ou sur mon compte gmail : Marine Reigner